Sophrologie

imagescalm8oal.jpg"L'art de rêver est l'art de vivre. Tout ce que nous disons et faisons est une expression de la force de vie. La création est continue. Elle a lieu à tout instant." Don Miguel Ruiz.

Le nom de sophrologie vient de « sos », qui veut dire étude de la conscience et « logo » le langage. La sophrologie est plus connue aujourd'hui par l'approche crée  par le Dr Caycédo, après qu’il ait étudié différentes formes de yoga dont il a extrait l’essence afin de l’adapter à notre esprit occidental.

Mais il en existe d'autres formes, notamment la sophrologie existentielle enseignée à l'IMPP de Toulouse par Guy Fauvet dans les années 90.

 Nous partons à la découverte des sensations à l’intérieur de notre corps, par la décontraction de tous nos muscles, pour atteindre un état proche du sommeil dans lequel nous trouvons la paix et la sérénité. C’est une aventure intérieure très agréable qui nous libère du stress de la journée. C’est aussi un bon outil pour atteindre nos mémoires enfouies ou pour dynamiser notre imagination créatrice.

Nous allons réapprendre à bien respirer, car, aussi paradoxal que cela puisse paraître, nous ne savons plus respirer correctement. Si nous observons un bébé nous constatons qu’il respire par le ventre, c’est la bonne façon de faire. En grandissant, le bébé comprend vite que ses pleurs, qui sont l’expression d’un chagrin, d’un manque, dérangent ses parents, il apprend alors à les retenir. C'est ainsi que nous refoulons nos émotions jugées négatives, et pour cela nous bloquons notre respiration et nous respirons avec seulement le haut des poumons. C’est un mécanisme inconscient que nous utilisons automatiquement.

160-f-30798135-07zwksl1ihflemyobcnjt7k3wi9zkbib-1-1.jpgNotre cerveau est un gros consommateur d’oxygène, c’est à lui que le sang apporte en premier cet élément vital. Quand nous respirons avec seulement le haut des poumons, nous emmagasinons moins d’oxygène que nos poumons peuvent en contenir et nous privons ainsi notre cerveau de son énergie vitale. Il ne fonctionne plus au maximum de son potentiel, nous devenons moins performant. C’est une des bonnes raisons pour respirer plus profondément, mais pas la seule. Tout notre organisme en a besoin. Et quand le corps est bien, nous sommes dans un mieux être.

Quand nous commençons notre introspection corporelle, nous nous rendons compte que nous crispons bon nombre de muscles, alors que cela n’est pas nécessaire. Cette prise de conscience nous montre que nous vivons continuellement sur un mode défensif, inutile puisque nous ne courons aucun danger. C’est donc une perte d’énergie. Cela nous indique aussi qu’il y a des peurs inconscientes, dont nous pouvons nous libérer lorsque nous les identifions.

image-creative.jpgEnsuite, nous allons créer un havre de paix, c’est-à-dire que nous allons nous servir de notre imagination pour créer un lieu dans lequel nous nous sentons bien, calme et serein. Savourons ce moment, découvrons, en nous laissant aller, toute la beauté de notre être. Cet exercice ne prend qu’une quinzaine de minutes, et nous apporte un grand bien-être, un regain d’énergie. A faire sans modération. 

Nous pouvons aussi pousser l’exploration jusque dans les profondeurs de notre mémoire, pour en extraire les chocs émotionnels qui freinent encore notre équilibre. Nous pouvons aussi dynamiser notre imagination afin de créer un avenir selon nos vœux, par exemple lors d’un examen, d’un concours, d’un entretien, ou tout autre projet. (C’est très efficace avec les adolescents en période d’examens, très utilisé dans le sport, etc...).