Questions

p1050134.jpgBonjour,

 

Cet espace vous est réservé. Vous pouvez déposer ici toutes vos questions, concernant la symbolique du corps ou sur vos différents mal être.

Votre texte n'apparaîtra pas aussitôt parce qu'il doit d'abord être publié par mes soins après sa lecture.

Je vous répondrai, dès qu'il me sera possible de le faire.

Au plaisir de vous lire

Chantal

Pour ceux et celles qui souhaitent aller encore plus loin pour comprendre les causes profondes de leurs malaises et maladies et se libérer de vieux schémas destructeurs. J'anime aussi des stages de Métamédecine©

"Apprendre à Libérer sa mémoire émotionnelle"

Du 28 au 30 avril 2017 à Audenge 33980

( prés d'Arcachon), pour 330€.

Vous trouverez des hébergements à proximité en regardant ou en éléchargeant la fiche d'inscription:

Clic en haut à droite de l'écran, dans stage

"Apprendre à libérer sa mémoire émotionnelle". 

Renseignement et inscription 06.67.56.94.99

C'est avec toute ma tendresse et mon expérience que je vous accompagne dans cette délicate entreprise.

 

 

Commentaires (204)

1. chantalfeugnet (site web) 14/04/2018

Bonjour Domie,
Les névralgies expriment qu’il y a eu un court-circuit au niveau des nerfs et de ce qu’ils communiquent. Ce court-circuit exprime un manque ou une surchauffe (pression).
Ce qui retient mon attention c’est votre première grosse crise, 3 mois après le décès de Liliane.
La piste que cela nous donne c’est que le processus de deuil est resté boqué dans une étape. Notre société ne nous aide pas dans ce processus.
Tout d’abord il nous faut un peu de temps 1à 2 ans. Durant lesquels nous allons franchir 5 étapes : le déni, la colère, le chagrin, le marchandage et enfin l’acceptation de la mort. Celle du défunt et aussi la notre.
On peut rester bloqué de nombreuses années. Pour en sortir il est nécessaire de transformer un fausse croyance, comme celle de se croire responsable de quelque chose. Rien ne peux changer la finalité, de toutes façons la personne et quelque soit l’âge serait partie. Nous devons laisser couler nos larmes, elles sont là pour exprimer notre chagrin et nous avons aussi le droit d'être en colère, c'est humain.
Les questions à se poser : Est-ce que je m’inquiète pour ceux que j’aime ?
Aurai-je peur de ce que les autres pourraient dire ou penser par rapport à un échec de l’un de mes enfants ou de quelqu’un que je considère comme tel ?
Peut-être êtes vous coincé dans l’étape du marchandage ? Cette étape est celle de la culpabilité, on se dit ; si j’avais fait ceci….. Si j’avais dit cela………Si j’étais allé la voir………..ect.
Le conseil: mettez des mots sur vos ressentis, allez sur sa tombe et dites, ce que vous ne lui avez jamais dit; que vous n'avez pas pu dire et dites lui au-revoir.
Chaleureusement
Chantal

2. Clermont 11/04/2018

Bonjour Chantal,
Un de mes amis m'écrit ceci aujourd'hui et, en cherchant de que symboliquement pouvaient exprimer les névralgies faciales, je me suis arrêtée sur votre site.
Je me suis dit que votre compréhension émotionnelle pouvait être une heureuse coIncidence !
Voici ce que cet ami m'écrit :" Les névralgies touchent en général d'abord la machoire supérieure (pas d'intervention dentaire récente, sinon qu'en 2012 le dentiste m'a enlevé une couronne presque neuve en pensant que ça venait de là... sans résultat). Très vite cela monte autour de l'oeil et dans le sinus supérieur gauche (frontal), très douloureux, quasi continu, avec des pointes à 8-9 / 10 sur l'échelle de la douleur...Le toubib m'a mis sous Tegretol + Lyrica, mais l'effet principal est de me mettre dans le coltar (vertiges, troubles de la vision, somnolence etc. + grosse fatigue). Là je prends juste de l'Ixprim (Tramadol - Paracétamol, 3 à 4 par jour) mais dès que j'arrête ça recommence. IRM demain.

Historique : première grosse crise en fin déc. 2011 et janvier 2012 (3 mois après le décès de Liliane...), puis ça revient chaque année en fin d'hiver (durée entre 4 et 6 semaines "garanti"). J'étais effectivement TRES fatigué à ce moment... mais sinon je ne vois pas d'événement médical ou traumatique à cette période de l'année.".
D'ores et déjà, merci pour votre aide et en attendant vos précieux analyse et conseils, je vous souhaite une très belle journée.
Domie

3. SACHA 06/04/2018

Merci! J'ai lu votre réponse et la rosée s'est déposée sur mes joues. Cette dernière phrase : "se pourrait-il
que vous ayez besoin d'autonomie, mais quand prenant votre espace, votre liberté vous vous sentiez coupable envers quelqu'un que vous aimez" est si VRAI! Merci, je vais poursuivre mon chemin de femme et reprendre ma respiration durant cet arrêt. Je sais que le temps s'écoule et qu'il ne me manque qu'un peu plus de courage et de confiance. Beau chemin pour vous

4. chantalfeugnet (site web) 06/04/2018

Bonjour Sacha,
La première question à se poser, c’est que s’est-il passé, dans votre vie, il y a 15 jours, avant que vous ne cassiez vos côtes ?
Les côtes représentent la protection de mon cœur. Donc je suis vulnérable aux pressions extérieures face à l’amour. A mon besoin d’autonomie, à mon besoin d’espace.
Me serais-je senti coupable d’avoir laissé tomber ceux qui comptaient pour moi ?
En ce qui concerne le grain de figue. A quoi pensiez-vous lorsque que vous avez mangé ces figues ? Il s’agit d’une fausse route. C'est-à-dire que la direction que vos pensées vous font prendre n’est pas bonne pour vous. Se pourrait-il que vous ayez besoin d'autonomie, mais qu'en prenant votre espace, votre liberté, vous vous sentiez coupable envers quelqu'un que vous aimez?
Chaleureusement
Chantal

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau