prendre sa place

Le rapport de force

Co workers 294266 340Bonjour chers amis,

Qu’est-ce qu’un rapport de force ? Il s’agit d’un comportement qu’un individu adopte face à un autre individu. Parfois, lors  de repas de famille, au bureau, dans une administration,  cours d’un dîner, etc, Nous observons ces deux personnes aux prises entre elles sur un sujet donné. Cela peut être la politique, le sport, l’éducation, la culture bio, etc… Vous avez surement assistez à ce genre de scène, au cours d’échanges qui se voulaient amicaux, peu à peu deux individus ont commencés à s’interpeler mutuellement et inconsciemment. C’est ainsi que les autres personnes présentent à la discussion ont finis par lâché-prise et juste écouter et regarder le match entre les deux protagonistes. C’est à celui qui surenchérit plus que l’autre, qui avance des arguments de plus en plus fort. Le ton monte entre eux, chacun s’emballe et cherche à convaincre l’autre. C’est sans fin et parfois cela dégénère. Parce que chacun veux avoir raison.

Voilà le maitre mot du rapport de force « vouloir avoir raison ». C’est une des causes principales qui crée le rapport de force. Il en existe d’autres plus inconscientes qui agissent dans l’ombre de beaucoup d’individus. Cependant, la plus consciente est celle de vouloir avoir raison. Et lorsque l’on se retrouve dans ce genre de situation et que l’on en prend conscience, la première chose que l’on se dit c'est « mais, je sais que j’ai raison ! ».  Et si vous  demandez à l’autre personne, elle vous répondra la même chose. En fait les deux sont persuadés d’avoir raison. Souvent, pour que cette discussion sans fin s’arrête, un tiers entre dans le match en les interpelant pour leur demander de cesser de monopoliser la parole.  

Fight 1899082 340Ce qu’il est important de retenir dans cette échauffourée, c’est que la vérité avec un grand « A » n’existe pas. Il y a plusieurs points de vues. Mis bout à bout, ils peuvent constituer une vérité plus approfondie. Mais personne ne détient la vérité absolue. Ce qui se passe, la plus part de temps, c’est que dans ces échanges et ce que l’on ne voit pas, c’est l'énergie qui circule. Cette énergie circulait au début dans l’échange amical cité plus haut. Elle circulait entre tous les individus. Alors que s’est-il passé pour que cela dégénère ainsi ? Simplement, un individu se sentait en perte d’énergie, un peu fatigué et pour en récupérer il a saisi l’occasion de prendre la parole et d’attirer l’attention des autres personnes vers lui. Et une autre personne, de l’assemblée, s'est elle aussi sentie en perte d’énergie, donc elle a voulu récupérer l’attention du groupe. Cela se passe très souvent comme ça.

Parfois au cours de cette échauffourée, un des deux protagonistes décide de clore l’entretien en abdiquant, c'est-à-dire en disant « Bon tu as raison ! » et il s’en va. Dans ce cas, la personne qui abdique peut se sentir fatiguée. Cela indique qu’elle vient de perdre de l’énergie. Pourquoi ? Parce qu’en agissant ainsi cette personne vient d’accepter d’avoir tord. Elle a permit à son adversaire de gagner. Elle lui a ainsi transféré son énergie. Et avoir tord, nous fait perdre notre énergie. Vous remarquerez l’attitude du gagnant. Il déborde d’énergie, tandis que le perdant part la tête baissée. C’est ainsi, nous ne pouvons rien changé à cela.

Bras ouverts 1Pourtant, nous pouvons apprendre à sortir d’une situation similaire sans perdre notre énergie. Pour cela nous avons besoin de comprendre ce qui sous-tend ce genre de relation, ce qui se joue au fond. Quels sont les mécanismes à l'œuvre? Qu'est-ce qui peut nous pousser à agir inconsciemment ainsi? Comment ne plus être poussé dans ce genre de situation?

Pour garder notre énergie nous avons besoin de comprendre nos propres mécanismes, nos propres pulsions qui nous poussent dans ce genre de match. De comprendre comment cette énergie dont je parle agit en nous.

 C'est pour répondre à ces questions que j'ai programmé le stage :

"A la rencontre de soi"

qui aura lieu les 6.7.8.9 juillet à Audenge.

Il reste quelques places!

Inscription au 06.67.56.94.99 ou par mail

chantal_feugnet@yahoo.fr

Possibilté d'échelonner le paiement.

 

Comprendre ce qui nous empêche d'être heureux

Comprendre ce qui nous empêche d’être heureux.

 

Nous avons au cœur  de notre cerveau un système appelé système limbique. Bien connu des publicitaires, cet espace conserve et classe toutes expériences ou images ressenties comme agréables ou désagréables. Les publicitaires ont développé divers moyens, très efficaces, afin d’impressionner et d’influencer cette partie de notre cerveau, à notre insu. Avec l’objectif de nous faire consommer des produits présentés comme des besoins. Il faut savoir qu’un besoin c’est quelque chose de vital, il ne peut se reporter, alors qu’un désir si. A ne pas confondre !

Pour le système limbique, ce qui est agréable est à renouveler, tandis que ce qui est désagréable est à éviter. Il contient en autre, nos mécanismes, dit, de survie. Ce qui veut dire que chaque fois que je vis une expérience qui évoque un souvenir, dont je n’ai plus conscience, quel qu’il soit, je vais me comporter automatiquement comme cette première fois. Autrement dit, le système limbique joue un rôle très important dans nos modes de comportements. Il est relié au centre émotionnel et selon l’orientation de celles-ci, il nous pousse dans un comportement spécifique, mais oublié.

 

Ce que j’appelle « La libération de la mémoire émotionnelle » est un atelier qui a pour but de débusquer ces comportements que nous utilisons de façon automatique, donc inconsciente.  Afin de comprendre pourquoi je me comporte ainsi et pourquoi cela est relié à une souffrance. Dans le but de transformer ce comportement (souvent infantile) par un autre plus adapté à l’adulte que je suis devenu.

Ainsi je prends conscience du pouvoir que j’ai aujourd’hui en tant qu’adulte et de mes capacités à réussir mes projets de vie. Je peux changer ma vie. Je ne subis plus les influences extérieures, j’agis en conscience, en pleine possession de mes moyens. Je peux prendre ma place, m’exprimer sans frein, gérer mes besoins et donner vie à mes désirs, mes rêves enfouis, oubliés, à ma créativité.

Durant trois jours, nous allons rechercher ensemble quels sont les liens que l’on peux faire pour vous libérer de ce qui vous préoccupe et qui vous fait le plus souffrir actuellement. Le groupe constitue une force énergétique qui sert de levier émotionnel. Cette énergie apporte aussi un soutien, un réconfort, qui met en confiance et qui participe à une réparation de nos blessures. Ensuite j’accompagne chacun dans la transformation nécessaire à sa libération.

Pour cela nous allons imiter les publicitaires. Avec les images, les émotions, qui jaillissent de notre mémoire, nous entrons dans le système limbique en conscience. Avec un but bien précis, celui de changer l’interprétation, la façon de voir de l’enfant ou l’adolescent, que nous avons été. Et qui ne nous est plus bénéfique aujourd’hui.

Ainsi chacun va prendre conscience des croyances qui habitent son inconscient  et trouver une nouvelle compréhension de la situation. Ce qui entrainera une nouvelle façon de se comporter dans des situations similaires à l’avenir. Ce travail est vécu  comme un soulagement qui s’opère à l’intérieur de la personne. Il s’agit d’une libération des tensions générées par le souvenir traumatique. Ce soulagement est visible physiquement, notre corps tout entier et notre visage irradie une nouvelle énergie. Ceci est souvent constaté et partagé par les autres participants.

 

J’animerai un séminaire de « Libération de la mémoire émotionnelle » les 23.24.25 octobre 2015. Au centre Quintessence à Gradignan (33).

Le groupe sera constitué de moins de 10 personnes.

       Vous trouverez dans la page « évènements à venir» située en haut, à droite de votre écran. Dans l’onglet « Séminaire de libération de la mémoire émotionnelle », une fiche d’inscription à télécharger et à m’envoyer à l’adresse indiquée accompagné d’un chèque d’acompte de 80€ qui ne sera encaissé qu’après le séminaire.

Avec mes plus belles pensées

Chantal