oser

Marie et ses émotions

Bonjour chers amis,

Bras ouverts 1

 

Marie est ce qu’on appelle communément une émotive. C'est-à-dire qu’elle exprime ses émotions assez spontanément. Autant les émotions « dites négatives » que celles « dites positives ». Elle pleure facilement et peut aussi éclater de rire et s’émerveiller devant une fleur ou un animal. Quand elle exprime sa joie et sa bonne humeur, ses amis recherchent sa compagnie. Parce qu’elle est aussi capable d’encourager et de soutenir ses amis. Très souvent, elle remonte le moral de ceux qui l’entourent.

 

Mais dès qu’elle vit une situation difficile et qu’elle veut en parler, tous sont unanimes pour lui faire remarquer qu’elle estTriste trop émotive. Pourtant, les recherches  effectuées dans ce domaine nous indiquent que nos émotions jouent un rôle important pour notre santé physique, psychologique et psychique.  Certes, le résultat  de ces tests donne, les émotions agréables, comme la joie, la satisfaction, la gratitude, plus efficace pour notre cerveau, qui, comme vous le savez, reste le chef d’orchestre pour l’ensemble de notre corps. Nos émotions de joie et de plaisir permettent la sécrétion d’hormones comme la sérotonine et les endorphines, qui sont des calmants naturels responsables de la sensation de bien-être. Ce qui apporte à notre corps l'harmonie nécessaire au bon fonctionnement de celui-ci.

Tandis que les émotions  désagréables comme la peur, la colère, libèrent dans l’organisme du cortisol, l’hormone du stress, qui augmente le taux de sucre dans le sang, afin d’augmenter notre force musculaire. Dans le but de nous permettre de courir dans le sens opposé au danger.

TigreMalheureusement, notre organisme ne fait pas la différence entre ce que l’on éprouve face à une bête féroce et ce que l’on éprouve dans les embouteillages. C’est pour cette raison  que les neuroscientifiques nous conseillent de réguler nos émotions. C'est-à-dire, que de les nier, comme par exemple, dans une situation particulière, je me dis « ah non ! Je ne veux pas me sentir coupable », cela nous indique je me suis sentie coupable, mais que j’ai mis cette sensation désagréable aux oubliettes. Le  problème  c’est que cette sensation va se fixer quelque part dans mon corps.

 Comme nous ne pouvons pas éviter d’avoir des émotions, le conseil de régulation dont nous parlent les scientifiques c’est d’apprendre à ressentir nos émotions afin de les identifier et de les nommer. Est-ce une peur ? De quelle peur s’agit-il ? Cela nous permet de cultiver les situations qui nous procurent du bien-être et d’éviter autant que possible les situations qui génèrent du stress. Ou de réfléchir à une action capable de nous protéger du danger. Ensuite nous pourrons retrouver la sérénité du corps et de l'esprit. Dans un embouteillage, par exemple, je peux avoir peur d’être en retard à mon rendez-vous. Je peux alors prévenir que je suis coincée dans un embouteillage.

Ensuite, je peux très bien regarder un beau paysage ou écouter une musique plus calme, que j’aime, parce que cetteLever de soleil sur la dune du pyla beauté me procure de la joie. En me concentrant sur la beauté j’active les hormones de la sérotonine et des endorphines, qui vont me calmer, m’apaiser. De cette façon,  je développe, ce que les scientifiques appellent « L’intelligence émotionnelle ». Ainsi,  j’arrive sans stress à mon rendez-vous.  Et je serai plus efficace. 

Lumineuses pensées

 

CatamaranJe vous rappelle que j'ai repporté le stage

"A la rencontre de soi"

au 18.19.20.21 août à Audenge

 

 

Inscription au 06.67.56.94.99 ou chantal_feugnet@yahoo.fr

 

  

 

 

Le rapport de force

Co workers 294266 340Bonjour chers amis,

Qu’est-ce qu’un rapport de force ? Il s’agit d’un comportement qu’un individu adopte face à un autre individu. Parfois, lors  de repas de famille, au bureau, dans une administration,  cours d’un dîner, etc, Nous observons ces deux personnes aux prises entre elles sur un sujet donné. Cela peut être la politique, le sport, l’éducation, la culture bio, etc… Vous avez surement assistez à ce genre de scène, au cours d’échanges qui se voulaient amicaux, peu à peu deux individus ont commencés à s’interpeler mutuellement et inconsciemment. C’est ainsi que les autres personnes présentent à la discussion ont finis par lâché-prise et juste écouter et regarder le match entre les deux protagonistes. C’est à celui qui surenchérit plus que l’autre, qui avance des arguments de plus en plus fort. Le ton monte entre eux, chacun s’emballe et cherche à convaincre l’autre. C’est sans fin et parfois cela dégénère. Parce que chacun veux avoir raison.

Voilà le maitre mot du rapport de force « vouloir avoir raison ». C’est une des causes principales qui crée le rapport de force. Il en existe d’autres plus inconscientes qui agissent dans l’ombre de beaucoup d’individus. Cependant, la plus consciente est celle de vouloir avoir raison. Et lorsque l’on se retrouve dans ce genre de situation et que l’on en prend conscience, la première chose que l’on se dit c'est « mais, je sais que j’ai raison ! ».  Et si vous  demandez à l’autre personne, elle vous répondra la même chose. En fait les deux sont persuadés d’avoir raison. Souvent, pour que cette discussion sans fin s’arrête, un tiers entre dans le match en les interpelant pour leur demander de cesser de monopoliser la parole.  

Fight 1899082 340Ce qu’il est important de retenir dans cette échauffourée, c’est que la vérité avec un grand « A » n’existe pas. Il y a plusieurs points de vues. Mis bout à bout, ils peuvent constituer une vérité plus approfondie. Mais personne ne détient la vérité absolue. Ce qui se passe, la plus part de temps, c’est que dans ces échanges et ce que l’on ne voit pas, c’est l'énergie qui circule. Cette énergie circulait au début dans l’échange amical cité plus haut. Elle circulait entre tous les individus. Alors que s’est-il passé pour que cela dégénère ainsi ? Simplement, un individu se sentait en perte d’énergie, un peu fatigué et pour en récupérer il a saisi l’occasion de prendre la parole et d’attirer l’attention des autres personnes vers lui. Et une autre personne, de l’assemblée, s'est elle aussi sentie en perte d’énergie, donc elle a voulu récupérer l’attention du groupe. Cela se passe très souvent comme ça.

Parfois au cours de cette échauffourée, un des deux protagonistes décide de clore l’entretien en abdiquant, c'est-à-dire en disant « Bon tu as raison ! » et il s’en va. Dans ce cas, la personne qui abdique peut se sentir fatiguée. Cela indique qu’elle vient de perdre de l’énergie. Pourquoi ? Parce qu’en agissant ainsi cette personne vient d’accepter d’avoir tord. Elle a permit à son adversaire de gagner. Elle lui a ainsi transféré son énergie. Et avoir tord, nous fait perdre notre énergie. Vous remarquerez l’attitude du gagnant. Il déborde d’énergie, tandis que le perdant part la tête baissée. C’est ainsi, nous ne pouvons rien changé à cela.

Bras ouverts 1Pourtant, nous pouvons apprendre à sortir d’une situation similaire sans perdre notre énergie. Pour cela nous avons besoin de comprendre ce qui sous-tend ce genre de relation, ce qui se joue au fond. Quels sont les mécanismes à l'œuvre? Qu'est-ce qui peut nous pousser à agir inconsciemment ainsi? Comment ne plus être poussé dans ce genre de situation?

Pour garder notre énergie nous avons besoin de comprendre nos propres mécanismes, nos propres pulsions qui nous poussent dans ce genre de match. De comprendre comment cette énergie dont je parle agit en nous.

 C'est pour répondre à ces questions que j'ai programmé le stage :

"A la rencontre de soi"

qui aura lieu les 6.7.8.9 juillet à Audenge.

Il reste quelques places!

Inscription au 06.67.56.94.99 ou par mail

chantal_feugnet@yahoo.fr

Possibilté d'échelonner le paiement.

 

L'intelligence émotionnelle

Imagesbdl1465h 1L’intelligence émotionnelle

Notre vie émotionnelle a longtemps été mise de côté par les générations qui nous ont précédées, au profit de la vie intellectuelle plus valorisantes. Depuis quelques années avec les nouvelles découvertes sur la plasticité du cerveau humain, nos émotions trouvent une place au moins aussi importante. Pour un développement harmonieux de l’être humain, l’intellect et l’émotionnel doivent être développés à part égale. Nos émotions sont reconnues pour être une formidable force qui peut être utilisée ou non, voire parfois complètement étouffée. C’est en découvrant leurs implications dans la cause de nos malaises et maladies  que j’ai commencé à  reconnaitre leurs importances, il y a une vingtaine d’années.  Et récemment les neurosciences confirment leurs utilités. Mais elles mettent aussi l’accent sur le fait que près de 50% d’entre nous éprouvent des difficultés pour identifier ce que nous ressentons. Certaines personnes ne peuvent pas dire ce qu’elles ressentent, elles se sentent juste mal !

Les neuroscientifiques nous invitent à booster ce qu’ils appellent notre intelligence émotionnelle. De quoi s’agit-il991837 le cerveau est excit travers les cordes le concept d intelligence 1 exactement ? De notre capacité à ressentir et identifier nos ressentis et nos émotions. Au début de ma formation en Métamédecine, j’ai vécu une libération émotionnelle intense avec une prise de conscience, qui est a été à l’origine d’une ouverture d’esprit au sujet du monde émotionnel. J’ai compris qu’il s’agissait d’un processus  capable de  transformer notre sentiment d’impuissance, conscient ou inconscient, responsable de la plupart de nos maux physiques et mentaux, en une puissance intérieure capable de nous amener à soulever des montagnes.

Nous vivons quotidiennement des émotions, qu’elles soient agréables ou désagréables, faibles ou intenses, près de 90% de notre temps. En ce qui concerne les émotions désagréables, la plupart d’entre nous utilisent des comportements d’évitements. C'est-à-dire que nous avons appris à les refouler afin de ne pas ressentir le désagrément qu’elles pourraient nous procurer. Malheureusement, ces émotions sont bel et bien en nous. Nous les chassons juste de notre conscience. Mais elles restent dans une zone cérébrale de notre mémoire inconsciente. NauseeAccumulées au fil du temps elles finissent par se somatiser. Le soma veut dire corps en grec, donc la somatisation veut dire que les émotions non exprimées se sont fixées dans notre corps. Nos comportement d’évitements seront réactivés, chaque fois qu’une situation similaire, à la première fois qu’on les avait ressentis  et refoulés se reproduira. Ces comportements activent le stress en nous. Ils accélèrent notre rythme cardiaque et les surrénales qui libèrent une hormone, le cortisol. Cette hormone est principalement celle du stress, qui prolongé fatigue nos organes.

Tandis que nos émotions de joie, de plaisir activent nos glandes pour secréter des endorphines et de la sérotonine qui sontImages8eyb7xiu des calmants naturels responsables de la sensation de bien-être. L’intelligence émotionnelle permet un meilleur équilibre et une bonne gestion de ses émotions désagréables et agréables. Et donc un bien-être du corps et le l’esprit.  La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons apprendre à développer cette gestion émotionnelle à tous âges. Cela passe par :

  • Apprendre à reconnaitre notre ressenti et nos émotions
  • Comprendre les causes de l’émotion
  • Ecouter nos émotions et les exprimer de façons adaptées
  • Apprendre à réguler nos émotions
  • Accepter toutes les émotions même négatives avec bienveillance
  • Savoir utiliser ses émotions

    Imagestua4cfc3Mettre les bons mots sur ce que l’on ressent, reconnaitre ce qui a contribué à nous mettre dans cet état, exprimer posément ses émotions, apprécier ce que l’on vit, ce que l’on éprouve, sont des stratégies qui nous permettent d’améliorer considérablement notre bien-être.

  • Chacune de ces aptitudes peuvent nous permettre de vivre mieux, plus heureux de réussir professionnellement et de se faire plus d’amis. Cela  contribue à améliorer et à nous maintenir en bonne santé.

  • Je vous rappelle que le prochain atelier

  • "A la rencontre de soi" 

  • aura lieu à Audenge les 6.7.8.9 juillet.

    Vous pouvez  vous inscrire: 06.67.56.94.99

     

    Je compte ajouter un atelier au mois de juillet sur l'intelligence émotionnelle, pour ceux qui sont intéressés vous pouvez m'enoyer un mail pour m'indiquer vos disponibilités: chantal_feugnet@yahoo.fr . Merci. A bientôt.

    Belle journée

    Chantal

Meileurs vœux

Bonjour chers amis

 

Je souhaite qu’en 2017 le ciel soit  clément pour vous et toute votre famille.

Que les transformations nécessaires à votre évolution s’effectuent en douceur, dans le partage, la solidarité et la bienveillance et l’amour.

Après une année de réflexion, de quête de vérité,  voici 2017 avec son énergie de changement, de prise de conscience, de prise de décision et de passage à l’action.  Le maître mot c'est ACTION !

Alors osons ! On ne sait jamais c’est peut-être le projet qui nous semblera le plus fou, qui se réalisera. Ne cherchons pas à savoir comment cela est possible, disons simplement ce que nous aimons. Ce qui nous fait vibrer. Puis Osons passer à l’action. Cette année nous invite à agir.

Osons écrire tous ce qui pourra combler nos besoins, nos désirs, nos rêves. Soyons bienveillant et généreux avec nous-mêmes. Osons poser des actions qui vont concrétiser nos projets. Osons prendre le risque de les voir se réaliser.

Osons changez de vie, osons prendre notre vie en main, osons saisir les opportunités qui se présenteront à nous.

Ne nous laissons pas abattre par les mauvaises nouvelles véhiculées par les médias, parce que se sera un mal pour un bien. C’est ainsi que se font les changements de société.

2017 est une année qui risque de nous bouleverser. Accueillons le changement. Surfons sur la vague du renouveau ! Osons entreprendre.

 

Consultations sur rendez-vous à Audenge, Lormont et par Skype.

Au 06.67.56.94.99

 

Information des activités en janvier :

Conférence Centre Quintessence à Gradignan

Impact émotionnel sur notre dos

Vendredi 13 janvier 2017

Salle Lotus

Conférence/atelier animée par Chantal Feugnet

 

160 f 15778236 5eitk7cxxfrt0ias1lxfepnvce8k3d0y 1Cette Conférence /atelier fait suite au système digestif

Notre dos, nous interpelle avec ses malaises et maladies. De quoi nous parle-t-il ? Douleurs des cervicales, des dorsales, des lombaires, ces symptômes sont des alertes envoyés par notre corps afin d’attirer notre attention sur une problématique qui perturbe notre équilibre psychique. La gravité de ces symptômes nous indique qu’il est temps de comprendre ce qui se cache sous ces problématiques.

Pouvons-nous comprendre ce qui les a déclenchés, peut-être avons-nous fait un faux mouvement, porter des poids, ect ? Se sont des causes physiques. Pourtant ces causes physiques nous donnent des précisions sur le déclencheur  et nous permettent explorer le mal-être  intérieur qui s’y rattache. De quoi  pourrait-il être question ? Vous  trouverez lors de cette conférence/atelier des clefs pour mieux comprendre le fonctionnement de votre corps et les liens qui l’unissent aux émotions non exprimées.

Places limitées à 20 personnes, pensez à réserver au 06.67.56.94.99

Entrée 8€

 

Chaleureuses pensées

Chantal

 

Oser être Soi

21052838-1-1.jpgQui sommes nous au fond ? Nous faisons partie de la famille des humains, mais de quel genre ?  Oui, je peux dire que je suis une femme ou un homme. Mais suis-je seulement cela ? Je peux vous en dire un peu plus en vous disant ce que j’aime et ce que je n’aime pas. Oui ! Bien sûr cela vous donnera quelques indications supplémentaires. Mais suis-je uniquement cela ? Difficile de se définir plus profondément.

Dans notre globalité, nous avons un corps, un esprit, des émotions, des sentiments, une âme. Et puis aussi une histoire familiale, personnelle, un vécu avec des expériences, différentes ou pas. Une conscience et un inconscient. Nous possédons aussi un potentiel, que nous avons développé et utilisé ou pas. Des rêves, des désirs, des envies, des besoins. Tout cela fait de chacun d’entre nous un être unique.   

Connaissons-nous vraiment nos besoins ? La société de consommation, et ses marchands de bonheur, nous inventent continuellement de nouveaux besoins susceptibles de nous rendre plus heureux. Mais le sommes-nous vraiment ? Que nous manque-t-il pour l’être ?

Beaucoup de personnes me disent avoir besoin de  s’épanouir. Oui mais, qu’est-ce cela veut dire au fond ? D’après Maslow, d’une manière générale, nos premiers besoins sont d’ordre physique : de quoi manger à notre faim, dormir, respirer, éliminer. Ensuite viennent les besoins de sécurité : un environnement stable, un toit sur la tête. Puis, les besoins d’appartenance (appartenir à un groupe, amis, collègues, etc). Et le besoin d’affection (se sentir aimé). Besoin d’estime de soi (confiance, respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres). Et enfin, le besoin d’accomplissement de soi.

Donc, une fois que nous avons comblé nos besoins de bases : manger, boire, dormir, éliminer, ainsi que les besoins de sécurité : avoir un toit, une stabilité, notre recherche sera d’ordre affective. Cependant nos besoins ne s’arrêtent pas là, viennent les besoins d’estime de soi, de confiance en soi, de respect de soi et de reconnaissance. Certaines personnes me confient souvent, qu’elles n’ont pas confiance en elles ou qu’elles  ne s’estiment pas, qu’on leur manque de respect ou encore qu’elles ne se reconnaissent pas. En ce qui concerne ces besoins, beaucoup de personnes croient que c’est quelque chose d’inné. Certains en seraient dotés, à la naissance et d’autres non. Et bien, il s’agit là d’une idée reçue. Nous les possédons en potentiel et ils ont besoin d’être développé.

coeur-de-fleurs.jpgLa confiance en soi, l’estime de soi, le respect, la reconnaissance, font partie, comme beaucoup d’autres choses, de ce qu’il nous faut acquérir. Tout comme la marche, le langage ou la créativité. Aujourd’hui, la plupart des jeunes parents apportent l’éveil des sens dans l’éducation de leurs enfants.  Nos parents ne connaissaient pas tous la pyramide de Maslow. Ils nous ont souvent transmis la même éducation que celle qu’ils avaient reçue. Ou bien, ils nous ont donné ce qui leur a le plus manqué, dans leur propre enfance, créant ainsi, sans le savoir, d’autres manques.

Puisqu’il s’agit de fonctions acquises, nous avons toujours la possibilité de les acquérir, de les développer. Seulement parfois, nous possédons certaines croyances, préjugés, convictions, qui bloquent ce développement. Je veux parler des mauvaises opinions que nous avons sur nous-mêmes, exemple : je suis nul en créativité, en français, en math….. Comme si il s’agissait de quelque chose d’inné. Mais c’est faux ! Nous possédons tous un potentiel. Certes, avec des spécificités différentes, mais nous ne sommes pas nos manques. A tout moment nous pouvons agir sur eux et les combler. Cependant, il nous faudra transformer nos croyances.

p1010898.jpgPour cela nous avons besoin de quelqu’un, d’un groupe aussi. Les stages sont une bonne occasion pour nous aider à remédier à ces manques. Ce sont comme des laboratoires, dans lesquels nous allons pouvoir expérimenter, sans risques une nouvelle approche. Ensuite, cela sera plus facile à mettre en place dans le quotidien.  

Je vous propose un stage les 29 et 30 juin 2013 à Floirac (Gironde).

« OSER ÊTRE SOI-MÊME »

Sophie Brarda et moi, nous avons mis en commun nos meilleurs outils. Le tarot psychologique pour Sophie, avec lequel elle vous fera découvrir grâce à votre date de naissance, les qualités en potentiel dans votre personnalité et vos atouts, vos talents. Je vous aiderai à identifier et transformer vos freins et à mettre en place un plan d’actions. Afin de prendre un nouveau départ.

Pour développer ce sujet et répondre à vos questions, nous animons une conférence.

Mardi 18 juin à 18h30, Librairie PEGASE à Bordeaux.

Entrée 5Inscription au 05.56.74.71.09 ou 06.26.19.17.47

rose_rosee[1].jpgA bientôt

Chantal